Arts graphiques

Au-delà du graphisme nécessaire au développement d’un jeu vidéo ou d’un film d’animation, les arts graphiques permettent d’investir d’autres champs culturels, comme la bande dessinée, le comics, ou même le manga.


Comme pour les autres axes de l’industrie créative africaine mis en avant par l’African Creative Metting, les arts graphiques connaissent un réel développement sur le continent africain, mais peinent à trouver un public par-delà ses frontières.



Non pas parce que les productions ne présentent pas d’intérêt ou affichent un style pauvre – bien au contraire, les œuvres qui parviennent en Europe sont appréciées et font souffler un vent de nouveauté parmi les classiques du genre – mais parce que les points de vente sont relativement rares en Afrique, freinant le développement de ce secteur, et l’exportation des maisons d’édition étrangères sur le territoire.

Arts-graphique-afrique

Le numérique permet en partie de compenser ce manque, en rendant disponible les œuvres directement sur mobile. Mais, comme partout ailleurs dans le monde, le numérique ne rend pas toujours accessible les œuvres de manière officielle …


Pour autant, les productions graphiques issues du continent africain gagnent en notoriété. En 2020, s’est par exemple tenue à Brazzaville la 5e édition du festival congolais de la bande dessinée, le Bilili BD festival, qui jouit d’une réputation désormais internationale, avec des acteurs aussi bien africains qu’européens ou nord-américains.



Le manga prend également une place de plus en plus prépondérante dans la production littéraire et la lecture africaine, à la suite de la vague des mangas et animés asiatiques de la fin des années 1990. Cette popularité du genre amène le manga à supplanter la BD classique, dite « franco-belge », et à ouvrir la voie à des formats hybrides, mêlant codes traditionnels du manga et traditions africaines.



La bande dessinée, le comics et le manga africains servent eux aussi à partager, pour le lectorat africain, les histoires du continent, et à partager ses mythologies et légendes, mais aussi à promouvoir au niveau mondial la culture africaine, par des scénarios inédits et un genre propre.