Animation 2D/3D en Afrique

Si le jeu vidéo, particulièrement le jeu mobile, et l’esport sont les fers de lance des industries créatives et culturelles africaines, l’animation représente un pôle à fort potentiel de l’économie créative du continent.

L’animation africaine est aujourd’hui reconnue au niveau mondial, avec des studios qui travaillent sur des productions d’envergure, à l’image du studio panafricain Kugali qui crée une série animée de science-fiction pour la chaîne Disney+, à paraître en 2022. La série, nommée Iwájú (« l’avenir », en langue yoruba), raconte une histoire africaine moderne, et bénéficie du savoir-faire technique du studio et des technologies de pointe de l’animation.


Le continent africain se dote des infrastructures nécessaires au bon développement du secteur de l’animation, à la fois dans l’animation 2D et l’animation 3D, à l’image de l’école 3D Net-Info, qui forme entre autres aux métiers de la production de l’image de synthèse 3D et de l’animation.

L’animation telle qu’elle se développe en Afrique a ceci de particulier que, à l’instar des jeux vidéo, elle propose un renouveau dans la pratique, mais aussi une originalité dans les histoires proposées.

L’animation africaine s’adresse en priorité au public africain, avec des thématiques propres au quotidien des spectateurs, ainsi qu’aux traditions et aux valeurs africaines. Plus exactement, l’Afrique étant le plus grand continent du monde, il existe même des genres différents dans l’animation, s’adaptant aux différents publics africains. Cette porosité avec les jeux vidéo dans l’approche se comprend par le fait que 46% des studios de jeux vidéo travaillent également dans l’animation : une compétence nécessaire au développement d’un jeu, qui peut être mise à profit à plus large échelle donc.

Si l’on compte moins de studios d’animation que de studios de jeux vidéo, ce secteur d’activité se développe à grande vitesse, bénéficiant du changement de regard sur les industries créatives et culturelles que portent les instances dirigeantes et les investisseurs. Les studios sont aujourd’hui majoritairement implantés à l’ouest et au nord du continent, et en Afrique du Sud, là où les studios de jeux vidéo recouvrent plus largement le territoire africain. Mais l’on observe l’émergence d’une multitude de petits studios, qui pourraient gagner en importance à l’avenir.